Endométriose et alimentation anti inflammatoire

endométriose et alimentation

En tant que diététicienne, mon premier réflexe à l’annonce de mon endométriose a été de réfléchir au lien entre endométriose et alimentation. Et donc à ma manière de m’alimenter. Et autant dire que ça a été pour moi un véritable électrochoc. Entre prise de conscience et volonté de vraiment prendre soin de moi. De plus en plus d’études mettent en lien alimentation/inflammation et inflammation chronique/endométriose. Il est rapidement devenu impensable pour moi de ne pas modifier mon alimentation pour qu’elle devienne mon plus grand allié pour lutter contre mes douleurs. Je vous dresse aujourd’hui un bilan de ce que ma nouvelle alimentation a changé pour moi.

 

Endométriose et alimentation anti inflammatoire : ce que j’ai supprimé

 

Le lien entre endométriose et inflammation est désormais très clair. Je me suis alors demandé si un changement dans mes habitudes alimentaires pouvait avoir une influence sur les foyers inflammatoires créés par ces lésions d’endométriose. Et si mon alimentation pouvait me soulager ? J’ai fait l’essai pendant quelques mois et voici mes conclusions :

 

Endométriose et alimentation : J’ai dit stop au sucre blanc !

Il est bien connu que le sucre blanc nourrit l’inflammation dans l’organisme. J’ai donc dit adieu aux sodas, sucre blanc d’ajout et aux produits industriels.

Je l’ai remplacé par du miel, du sirop d’érable ou encore du sucre de coco.

 

endométriose et alimentation

 

Endométriose et alimentation : Adieu les graisses saturées et la viande

Elles ont un rôle démontrées dans le maintien de l’inflammation. J’ai réduit considérablement ma consommation de beurre, crème, et fromage. Et je ne consomme plus de viande la semaine. J’ai aussi bien sûr fait très attention à ne plus consommer de plats industriels qui en contiennent.

 

J’ai supprimé le « transformé »

Je n’étais déjà pas fan. Mais forcément, lorsque je me suis penchée un peu plus en détail sur les traitements et transformations des produits raffinés j’ai décidé que c’était terminé. Les produits raffinés ont perdu la majorité de leurs fibres et éléments nutritifs, si bien que les bonnes bactéries coliques ne peuvent plus être nourries correctement. Ce sont alors les mauvaises bactéries qui se développent et induisent une inflammation chronique. De plus, plus le produit est raffiné plus l’index glycémique est élevé ce qui est aussi mis en cause dans le processus inflammatoire. Je ne consomme plus de pain blanc, farines blanches, pâtes blanches et autres produits dérivés non complets.

 

Endométriose et alimentation : Le gluten et le lactose avec modération

Les caséines du lait et le gluten pourraient avoir un rôle pro-inflammatoire. Sans aller à l’extrême j’ai donc fait attention à ma consommation de lait en évitant les yaourts et le fromage (je n’ai jamais aimé le lait en boisson). Pour le gluten, je l’ai très largement réduit aussi. Je n’ai jamais trop acheté de produits substituts mais simplement diversifié mon alimentation (quinoa, millet, patate douce, riz, légumineuses, etc.).

 

Attention à l’alcool et au tabac

De nature fêtarde j’ai immédiatement cherché à éviter le tabagisme même passif, j’ai aussi troqué mes soirées cocktails contre des rituels beaucoup plus tranquilles. L’alcool et le tabac sont extrêmement nocifs et créent une inflammation chronique dans l’organisme. Et s’il m’arrive encore de faire quelques soirées entre amis, c’est avec modération !

 

Endométriose et alimentation anti inflammatoire : mes nouveaux réflexes

Vous l’aurez compris, j’ai fait pas mal de changements dans mon alimentation pour qu’elle devienne un allié. Mais je n’ai pas fait qu’éviter certains aliments, j’ai aussi et surtout beaucoup misé sur d’autres !

 

Endométriose et alimentation : J’ai fais le plein d’Oméga 3 !

Les Oméga 3 protègent l’organisme de l’inflammation. C’est un aspect de mon alimentation auquel j’ai toujours fait attention mais c’est encore plus le cas aujourd’hui. Je prends soin de choisir de bonnes huiles végétales : lin, colza et noix. Je consomme du poisson gras au moins une fois par semaine et j’essaye de choisir des produits issus du label bleu blanc cœur que j’affectionne particulièrement. En plus, j’ai pris l’habitude de saupoudrer mes aliments de graines de lin et de chia.

 

endométriose et alimentation

 

Je mange plus de végétaux

Ils contiennent des polyphénols, puissants protecteurs cellulaires contre l’oxydation et l’inflammation. En plus, leur grande richesse en vitamines et minéraux me permet de rester en pleine forme ! Je ne fais plus un repas sans légumes et fruits. J’essaye un maximum d’alterner les modes de préparations pour bénéficier de tous leurs atouts : soupes, salades, poêlées, etc. Je consomme aussi énormément de fruits rouges bourrés d’anti oxydants ! Une règle prime chez moi : je choisis des fruits et légumes de saison et locaux uniquement !

 

Endométriose et alimentation : Je fais attention aux cuissons

C’est une chose que je ne surveillais pas forcément avant. J’évite de griller et cuire mes aliments à trop forte température, j’ai désormais beaucoup plus le réflexe cuisson vapeur ou à l’étouffé.

 

Je mange beaucoup plus de fibres

Comme je l’ai dit avant, les fibres permettent d’alimenter les bonnes bactéries intestinales. Celles qui jouent un rôle dans l’immunité. Je choisis mes produits complets, mange beaucoup de végétaux et de légumineuses. Et j’ai pris l’habitude de saupoudrer mes aliments de son de blé pour augmenter encore un peu plus mon apport.

 

endométriose et alimentation

 

En bref, je cuisine !

J’ai toujours aimé cuisiner. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours beaucoup cuisiné pour mes proches et mes amis. Mais à l’annonce de mon endométriose, la cuisine a pris pour moi une autre dimension. J’ai pris beaucoup de plaisir à réapprendre quelques bons réflexes et à diversifier mon alimentation. J’ai appris à changer mes habitudes et à y prendre du plaisir. Par exemple, mon alimentation de type végétarienne m’a poussé à m’ouvrir l’esprit à d’autres cuisines du monde. Ma volonté d’intégrer plus de végétaux m’a entraîné à me concocter de délicieux smoothies au petit déjeuner, chose que je ne prenais jamais le temps de faire avant. Et toutes ces nouvelles habitudes m’ont poussé à me reconnecter avec moi même, à écouter mes envies et à me tourner vers une cuisine brute et naturelle.

 

Endométriose et alimentation anti inflammatoire : mon bilan

 

Mon bilan sur ma nouvelle alimentation est plutôt très positif, mes habitudes ont changé en bien ces derniers mois.

En règle général, je sens que mon corps est plus sain. J’ai beaucoup plus d’énergie qu’avant et au quotidien ma maladie me pèse moins. Mes analyses de sang sont rentrées dans l’ordre ce qui est très parlant pour ceux qui ont besoin de preuves terre à terre. Au niveau de la douleur, je sens que j’ai beaucoup plus de vitalité et d’endurance alors que j’étais devenue très fatiguée quotidiennement et que le moindre effort était devenu insurmontable.

En revanche, mes grosses « crises » de douleurs restent tout aussi intenses et insupportables, bien que ponctuelles. Mais pour ça, je pense qu’il n’y a malheureusement pas grand chose à faire.

 

En conclusion, cette alimentation peut paraître un peu extrême mais je n’en fais pas une règle absolue. Je continue à me faire plaisir si j’en ai envie et à faire quelques écarts si j’en ressens le besoin.

Bien sûr, je recommande à toutes celles qui en ressentent le besoin d’essayer cette approche de l’alimentation. Je crois sincèrement que la répercussion sur la qualité de vie est très positive et mérite qu’on s’y intéresse. Il n’y a en tout cas, rien à perdre à modifier son alimentation de manière positive !

Pour en savoir un peu plus sur l’endométriose je vous invite à relire cet article !

5 réponses
  1. cabinet d'hypnothérapie
    cabinet d'hypnothérapie dit :

    Does your blog have a contact page? I’m having trouble locating it but, I’d like to send you an e-mail.

    I’ve got some suggestions for your blog you might be interested in hearing.

    Either way, great site and I look forward to seeing it develop over time.

    Répondre
  2. Marie
    Marie dit :

    Bonsoir, merci pour ces conseils. Est ce que cela peut remplacer le traitement chimique (pilule pour stopper les règles) ou bien est ce que c’est à faire en plus? J’aimerais éviter de prendre la pilule mais on me dit que c’est la seule solution sûre…
    Bonne soirée
    Marie

    Répondre
    • Lea
      Lea dit :

      Bonsoir Marie,

      Je vous remercie pour votre intérêt pour mon article !

      Malheureusement, je pense que le traitement chimique reste parfois indispensable pour mieux vivre avec la maladie et éviter qu’elle ne cause trop de dégâts. L’alimentation anti-inflammatoire doit (à mon sens) venir en complément pour freiner l’évolution de la maladie et diminuer les symptômes. Mais ce n’est que mon avis (et mon vécu)!

      Très belle soirée à vous,

      Léa.

      Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] dans ma cuisine aussi j’ai fait le tri, pour retrouver mon article je vous invite à cliquer juste ici […]

  2. […] à lire mon article sur l’endométriose et l’alimentation anti inflammatoire juste : ICI […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *